Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

Les bienfaits des plantes sauvages dans notre alimentation

Pourquoi pas intégrer des plantes sauvages dans votre alimentation ? - Fitnext

Omniprésentes dans notre alimentation il y a plusieurs millions d’années, les plantes sauvages ont aujourd’hui presque disparues de notre fond nutritionnel. Une évolution regrettable tant elles possèdent d’innombrables propriétés nutritionnelles. Fitnext vous expose les vertus de certaines plantes que vous devriez intégrer à votre alimentation.

 

Re-manger des plantes sauvages, et pourquoi pas ?

Aujourd’hui, notre organisme n’assimile pas la majeure partie des calories que nous ingérons. Pourquoi ? Parce que tout comme nous, il subit l’immense révolution alimentaire que nous connaissons depuis une soixantaine d’année. Notre corps doit reconnaître un type d’alimentation, à 80 % industrielle, qu’il n’a jamais rencontrée auparavant.

Il faut le rappeler, nous descendons directement de l’Homo sapiens, né il y a environ 200 000 ans. Nous partageons alors quasiment les mêmes gènes. Ce qui signifie que nous sommes adaptés au mode d’alimentation de l’époque, à savoir celui d’un chasseur-cueilleur.

Un régime omnivore mais qui, selon des études de paléontologues, est essentiellement composé de fruits, de légumes et… de plantes sauvages. Et si un retour en arrière reste inenvisageable, ajouter de nouveau des plantes sauvages, comme le faisaient nos ancêtres, à notre fond nutritionnel ne serait que bénéfique à notre organisme.

À lire aussi : Digestion difficile, lisez ici ! 

 

Le pissenlit

Souvent considéré comme une mauvaise herbe uniquement, le pissenlit est en réalité un véritable allié pour votre organisme. Comestible des feuilles aux racines, il est bourré de vitamines A, C, K et d’antioxydants. Une caractéristique que l’on retrouve très souvent chez les plantes sauvages. Sans oublier sa forte teneur en fer, potassium et calcium. Ce n’est pas tout, le pissenlit possède de nombreuses armes pour lutter contre les troubles digestifs mineurs et stimule la production de bile.

Quant à sa préparation, les options sont multiples et variées. En hiver, ses racines peuvent très bien être cuisinées en gratin ou sous forme de tisane (vertus dépuratives). Les feuilles (de préférence le printemps) peuvent être sans problèmes ajoutées à vos repas, que ce soient crues ou sautées avec de l’ail. Les faire blanchir sont aussi une possibilité, ce qui va réduire son amertume. Vous pouvez également les cuisiner en salade avec des lardons et des croûtons.

À lire aussi : Les graines germées, ces petits aliments qui vous veulent du bien

 

L’ortie

On la perçoit uniquement sous son aspect de plante urticante mais gardez à l’esprit que l’ortie est une des plantes sauvages qui possèdent le plus de bienfaits. Prenez toujours vos précautions avant d’en cueillir mais une fois dans votre organisme, il ne vous apportera que bon. À commencer par des vitamines A, B9 (indispensable pour une femme enceinte) et C. Pour vous donner une idée, il y a 2 fois plus de vitamine C dans l’ortie que dans une orange. Peu de gens le savent, mais l’ortie est une énorme source de protéines (40%) assimilables sans aucune difficulté par l’organisme. Sa grande quantité d’antioxydants vous permettra également d’améliorer vos défenses immunitaires. Autre bénéfice de cette plante sauvage, elle est hypoglycémiante. C’est-à-dire qu’elle diminue le taux de sucre dans le sang.

Outre ces propriétés nutritionnelles, l’ortie est bien connue pour soulager les rhumatismes. En ce qui concerne les moyens de cuisiner cette plante sauvage, la première solution est de la consommer en jus détox. La soupe peut également être une très bonne alternative en hiver.

À lire aussi : Les bienfaits du thé, on vous dit la vérité

 

L’amarante

Parmi les plantes sauvages aux nombreux bienfaits nutritionnels, l’amarante figure en haut de la liste. Même si on l’apparente souvent à une céréale en raison de ses graines, elle reste une plante. Une plante étant une grande source de protéines (15 % environ), de fer, de magnésium, de potassium et de calcium. Autre bienfait et non des moindres, l’amarante est riche en fibres, facilitant ainsi la digestion. À noter également que comme le quinoa, l’amarante ne possède pas de gluten. Une option intéressante pour les intolérants au gluten.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous quant à la manière de cuisiner l’amarante. Si vous êtes plus adeptes de ses feuilles, elles sont souvent utilisées comme des épinards ou en salade. En ce qui concerne la consommation de ses graines, elles peuvent être consommées en galettes, en gratin ou tout simplement en les faisant bouillir dans l’eau.

 

Vous l’aurez compris, les plantes sauvages présentent de nombreux bienfaits pour notre santé. Si l’idée de baser uniquement son alimentation sur ces plantes sauvages n’est pas recommandé, il est tout à fait possible de les intégrer par le biais de jus détox proposés dans les recettes Fitnext.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choisissez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.



La routine detox ayurvédique

L’esprit Fitnext c’est aussi s’ouvrir à des cultures différentes, sortir des idées préconçues que de nombreux occidentaux se font sur …


En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.