Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

Douleurs chroniques : mangez intelligent !

Des conseils alimentaires pour lutter contre les douleurs chroniques

Une mauvaise alimentation peut être un facteur aggravant dans de nombreux cas de pathologies. Notamment en ce qui concerne les douleurs chroniques, et de sa forme la plus répandue, la fibromyalgie, un mal étendu ô combien handicapant au quotidien. Autant ne pas aggraver la chose, en suivant quelques conseils simples au niveau de la mise en place alimentaire.

Caféine, tabac, alcool : cocktail explosif

Ce n’est pas une surprise. Mais autant le rappeler : en cas de douleurs chroniques, évitez ces trois éléments. Il faut faire preuve d’un peu de logique, de bon sens. Les douleurs chroniques sont dues à une hypersensibilité au niveau du système nerveux central. Or, la caféine est un excitant puissant, adictif, qui à terme peut fortement détériorer la qualité de votre sommeil et ainsi influer sur votre profil nerveux.

En ce qui concerne l’alcool et le tabac, il n’est pas surprenant de constater que les statistiques sont implacables. Un fumeur a plus de risque de développer une polyarthrite rhumatoïde. Quand aux personnes consommant de l’alcool à l’excès, elles sont largement plus exposées que la moyenne a des pathologies chroniques comme la goutte. Alors autant ne pas jeter de l’huile sur le feu, et se débarrasser de ses addictions quotidiennes.

Bannir les produits transformés

C’est la gangrène de notre alimentation industrielle à 80% : les produits transformés, re-transformés, sur-transformés. Le tout à des fins commerciales, où votre santé est la première perdante, surtout si vous souffrez de ces fameuses douleurs chroniques. Alors ouvrez un grand sac, mettez-y les additifs alimentaires, les sucres raffinés, les édulcorants artificiels, fermez le sac, et jetez le aussi loin que possible.

Sachez que les additifs alimentaires, notamment le célèbre MSG (glutamate monosodique) ont pour effet de rendre les récepteurs de la douleur encore plus… réceptifs ! Alors pourquoi en rajouter dans les produits alimentaires ? Tout simplement pour atteindre ce que les industriels nomment le point de félicité. Il s’agit là d’un certain dosage de sel, de sucre et de gras, systématiquement ajouté aux produits transformés afin de rendre notre palais accro à ce goût.

Les sucres raffinés sont évidemment à bannir. Dotés d’un index glycémique élevé, ils vous font tomber dans l’hyperinsulinisme, facteur aggravant des maladies chroniques, et cause de diabète de type 2. Sachez que le sirop de maïs, additif sucré favori des industriels, ou encore les dérivés de maltose ont un index glycémique plus élevé que le glucose ! Effrayant…

Non aux produits laitiers

Selon les dernières recherches, les produits laitiers issus de la vache sont de vrais accélérateurs de mal-être lorsqu’on souffre de fibromyalgie. Leur protéine est un facteur très irritant au niveau des articulations notamment. Dans le cas d’une personne souffrant d’arthrose, les produits laitiers sont fortement déconseillés. Notons d’ailleurs que les produits laitiers, au même titre que les produits carnés, font partie des aliments riches en protéines animales. Il convient de les éviter, ou alors d’en consommer avec une certaine parcimonie, car ils acidifient l’organisme, ce qui, dans le cas de douleurs chroniques est très mauvais.

Sucres blancs, aspartame, un fléau

Là encore, pas de surprise, mais l’hyperinsulinisme qu’entrainent les sucres simples est un facteur très aggravant pour les personnes souffrant de fibromyalgie. C’est fragiliser son organisme alors qu’il est déjà fatigué par des douleurs chroniques. C’est donc un très mauvais calcul.

Attention, pas question de remplacer le sucre par l’aspartame. Voici un des fléaux des temps modernes, sans exagération ! Il suffit de connaître la façon dont a été délivrée l’autorisation de commercialisation de cette molécule pour comprendre sa nocivité. Encore une fois, n’alourdissez pas la charge déjà pesante de douleurs chroniques.

Un dernier mot sur le gluten et les levures chimiques. Il semblerait, selon les dernières études références, que le gluten favoriserait la prolifération des levures et des petits champignons, avec des conséquences néfastes au niveau des douleurs. Profitez-en pour tenter 8 jours d’un régime sans gluten. C’est un test certain, approuvé par les gastroentérologues, et c’est l’occasion de le faire.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choisissez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.


En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.