Gluten : c’est quoi le problème ?

Impossible ou presque, aujourd’hui, d’ouvrir un magazine féminin sans tomber sur une sélection de recettes sans gluten. En quelques années, le gluten semble être devenu l’ennemi N°1 de nos assiettes. Mais pour quelles raisons ? Fitnext vous propose de découvrir ce qu’est vraiment le gluten, quels sont ses inconvénients et quelles sont les alternatives pour ceux qui, de plus en plus nombreux, y sont intolérants.

Qu’est ce que le gluten ?

Il y a quelques années encore, peu de gens scrutaient les étiquettes des aliments pour vérifier la présence ou non de gluten. Aujourd’hui, ce geste est de plus en plus fréquent. On trouve des rayons de produits sans gluten dans certaines grandes surfaces, des restaurants « sans gluten » se sont développés et certains sportifs ont même publiquement affiché leur choix de supprimer le gluten de leur alimentation. Mais pourquoi cette chasse au gluten s’est-elle intensifiée ? Et quelles en sont les raisons ?

Tout d’abord, il faut savoir que le gluten est une protéine que l’on trouve dans certaines céréales, notamment le blé, le seigle, l’orge ou encore l’épeautre. Sa présence donne de l’élasticité et du volume aux aliments qui en contiennent. En effet, pas de pain avec une belle mie aérée sans gluten. Pas de brioche ou de gâteaux bien gonflés non plus. Très utilisé dans l’industrie agroalimentaire, le gluten sert aussi à épaissir et à donner du liant. On en retrouve donc dans de très nombreuses préparations.

Problèmes digestifs et intolérance

De nombreuses études ont montré que le gluten pouvait entraîner une inflammation de l’intestin grêle et avoir des répercussions sur l’ensemble de notre corps. De nombreuses personnes présentent une sensibilité au gluten, à ne pas confondre cependant avec l’intolérance au gluten, aussi appelée maladie coeliaque, qui touche aujourd’hui environ 500 000 personnes en France.

La maladie coeliaque est une maladie chronique de l’intestin, elle se manifeste principalement par des symptômes digestifs (diarrhée, douleurs, ballonnements…). Chez les personnes atteintes de la maladie coeliaque, l’ingestion de gluten entraîne une réaction immunitaire anormale dans l’intestin grêle, qui crée une inflammation et endommage la paroi intestinale. Plus précisément, ce sont les villosités intestinales qui sont détruites. Si l’inflammation persiste, l’intestin abîmé devient incapable d’absorber certains nutriments, vitamines et minéraux. Il peut s’ensuivre une malnutrition malgré une alimentation normale.

En cas d’intolérance sévère au gluten, il existe une seule solution : le bannir complètement de son alimentation. Mais pour ceux qui n’y sont pas allergiques et seulement sensibles, le fait de réduire de manière significative leur consommation de gluten apporte une réelle amélioration du terrain biologique et donc de l’état de santé général. De cette manière, on peut diminuer les maux de ventre, les ballonnements, les diarrhées ou encore la fatigue.

Manger sans gluten : pas toujours facile

Diminuer sa consommation de gluten peut paraître un peu complexe. En lisant les étiquettes des aliments, on se rend vite compte qu’il y en a dans de nombreux produits : les pâtes, les gâteaux, le pain, les biscuits, les pizzas, le poisson pané et parfois même dans les soupes industrielles et les yaourts. L’opération « sans gluten » serait-elle alors une mission impossible ? Pas du tout !

Pour y parvenir, il faut garder une chose très importante à l’esprit au moment de faire ses courses : plus un produit est transformé de manière industrielle, plus on a de chance d’y trouver du gluten. Privilégiez donc les aliments bruts, c’est-à-dire les fruits, les légumes, les légumineuses, les œufs, le poisson, la viande et les céréales ne contenant pas de gluten. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, manger peu de gluten n’est pas si difficile ou triste pour les papilles gustatives. Au contraire !

On peut facilement troquer les pâtes contre du riz ou du quinoa, en profiter pour découvrir le millet et le sarrasin et remplacer la farine de blé par des farines de maïs ou de châtaignes. Et on n’oublie surtout pas de se faire plaisir en variant les recettes et en agrémentant les plats d’herbes et épices. Enfin, comme toujours, on essaie de privilégier des produits issus de l’agriculture biologique afin de profiter au maximum de leurs nutriments.

Qu’attendez-vous pour essayer ?

Par Erwann Menthéour.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choississez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.