Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

L’ail, partenaire idéal d’une alimentation saine

ail

L’ail est un aliment millénaire. Originaire de la région de l’Altaï, berceau de toutes les grandes civilisations nomades asiatiques, sa diaspora fut très vite mondiale. Les peuples antiques en font un aliment quotidien, à l’image des Egyptiens. Aliment transmis de génération en génération, dont on vante ça et là les mérites. Et pour cause…

L’ail, un aliment santé bénéfique

Une étude menée entre 1966 et 1999 montre que la consommation d’ail réduit de 30% les risques de cancer colorectal, et de 50% les risques de cancer de l’estomac. Cette même étude recommande une consommation moyenne de 18g par semaine. Sachant qu’une gousse pèse entre trois et cinq grammes, cela correspond à une gousse par jour environ.

L’ail peut aussi avoir des bienfaits sur les maladies cardio-vasculaires. Plusieurs études lui prêtent des vertus quant à son action contre le mauvais cholestérol, et sur le taux trop élevé de triglycérides dans le sang.

L’ail est un antioxydant puissant, contenant des flavonoïdes ainsi que de la vitamine E. C’est donc un anti-inflammatoire intéressant, à inclure dans une alimentation anti inflammatoire contre la cellulite, qui je vous le rappelle, est une inflammation.

L’ail est par ailleurs une source importante de manganèse ainsi que de vitamine B6, qui permettent de lutter efficacement contre la fatigue. On y retrouve aussi de la vitamine C, et autre avantage, son index glycémique n’est pas élevé (30).

Conseils pratiques pour bien consommer l’ail

Attention, l’enzyme que contient l’ail ne résiste pas à la chaleur. Aussi, cru, l’ail conserve toutes ses vertus. Pour l’inclure dans une cuisson, ajoutez-le au maximum 20 minutes après le début de la cuisson.

Attention à ne pas en surconsommer non plus : une surdose d’ail peut provoquer des désordres gastro-intestinaux, surtout sur un estomac vide. Évitez donc, si vous êtes habitués aux digestions sensibles, de gober des gousses d’ail.

Quant à la quantité, plusieurs études préconisent une consommation de 2 à 5g d’ail cru par jour ou 10 à 15g d’ail cuit par jour pour bénéficier.

L’ail a l’avantage de se conserver très longtemps : de trois à neuf mois selon la taille, mais attention tout de même à l’humidité qui provoque la germination. Malgré cette astuce de grand’mère, évitez de le conserver dans l’huile : cela dure certes plus longtemps, mais l’ail, privé d’oxygène, devient un terreau parfait pour les toxines.

Enfin se pose l’éternel problème de la mauvaise haleine : Cervantès recommandait de ne manger ni oignon ni ail au risque que leur odeur « ne trahisse une déplorable origine paysanne ». Se brosser les dents après avoir mangé de l’ail n’aide malheureusement pas à réduire la mauvaise haleine. En réalité, Le brossage des dents n’a aucun effet sur l’haleine d’ail, puisque l’odeur caractéristique provient des gaz libérés dans la bouche au moment de la mastication, puis dans le tube digestif pendant toute la digestion. Ces gaz prennent au moins trois heures avant d’être éliminés. La seule façon d’assainir votre haleine après le repas est de mâcher du persil, de la menthe ou des grains de café.

Selon les amateurs d’ail, la seule façon d’éviter d’indisposer ses amis quand on mange de l’ail est de les convaincre d’en manger aussi…

Par Erwann Menthéour.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choisissez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.