Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

Les produits laitiers, nos ennemis pour la vie

On vous a tellement répété depuis votre enfance que le lait et ses dérivés sont synonymes de calcium et d’os solides qu’il vous paraît totalement inimaginable, voire impossible, de vous en passer. Pourtant, ce dernier est loin d’être un allié santé. Fitnext vous révèle la part d’ombre de ce faux ami.

Aucune étude ne prouve les bienfaits des produits laitiers

Les études vantant les mérites du lait sont toutes ou en partie financées par l’industrie laitière elle-même, un sacré gage d’objectivité ! A l’inverse, aucune étude indépendante n’a apporté la preuve de leur efficacité sur la santé osseuse. Ainsi, les pays où l’on consomme le plus de lait sont les mêmes qui connaissent le plus grand nombre de fractures et le plus grand taux d’ostéoporose. Il ne faut pas oublier que le lait est un produit acidifiant, et que le corps doit puiser dans ses bases (qui servent à tamponner l’acidité) pour en limiter les effets. Or ces bases (citrate et bicarbonate) se situent notamment dans les os où elles sont associées au calcium ! On pourrait presque parler de publicité mensongère.

Intolérance au lactose et autres méfaits du lait

Il faut savoir que l’Homme a très bien vécu de -7 millions d’années à -10.000 ans sans lait ! Ces nombreuses années sont encore inscrites dans notre patrimoine génétique et expliquent que les ¾ de la population mondiale ne le supportent pas une fois passée la période de sevrage à l’enfance (à cause d’un déficit en lactase, une enzyme qui sert à assimiler le lactose). L’Homme est d’ailleurs le seul animal qui persiste à en boire à l’âge adulte, et également le seul qui boit le lait d’un autre animal. Ainsi, le lait, tout comme le blé, participe à la perméabilité intestinale (« leaky gut »), ce qui signifie que les intestins ne jouent plus correctement leur rôle de barrière. Ils laissent alors passer dans la circulation des molécules étrangères. Cela va déclencher une réaction immunitaire exagérée et favoriser la venue de pathologies telles que tendinites, asthme, eczéma, polyarthrite et autres infections.

De plus, le lait a un index glycémique élevé (c’est un sucre « rapide »), qui stimule fortement la sécrétion d’insuline. Une prise répétée va favoriser une résistance à l’insuline, notamment chez l’enfant, augmentant ainsi les risques de diabète et les complications associées.

Carence en calcium et idées reçues

On entend souvent des phrases du type « si je ne mange pas de produits laitiers, j’aurai un déficit en calcium. » C’est totalement faux. Comment fait la vache pour avoir autant de calcium dans son lait ? Vous avez déjà vu une vache adulte manger du fromage ou boire du lait ? Elle se nourrit d’herbe et ne souffre pas d’ostéoporose. Il en est de même pour un être humain: vous aurez largement assez de calcium en ayant une alimentation équilibrée, comme celle des programmes Fitnext.

Enfin, dernière ombre au tableau, le lait de vache est riche en IGF1, un facteur de croissance bien connu des sportifs pour son pouvoir anabolisant. Sa consommation régulière réjouit tout particulièrement les cellules cancéreuses qui vont pouvoir se développer rapidement. Il faut préciser que sur ce plan, les laits de brebis ou chèvre sont moins nocifs.

Nous sommes ici bien loin du tableau idyllique dressé par nos amis de l’industrie laitière. On peut voir depuis des années comment celle-ci utilise les peurs, craintes et croyances des parents et des enfants pour vendre ses produits.

Un livre intéressant sur le sujet: Lait, mensonges et propagande, Thierry Souccar, 2008

Par Erwann Menthéour.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choisissez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.