Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

La pomme de terre, un aliment à éviter ?

salade-pomme-de-terre

Quand on souhaite faire attention à sa ligne, on a tendance à bannir les pommes de terre de son alimentation sous prétexte qu’elles feraient grossir. Mais pourtant, ce tubercule originaire d’Amérique du Sud  n’a pas que des inconvénients. Au contraire ! Bien choisie, la pomme de terre possède même de réelles vertus. Encore faut-il l’accommoder de la bonne manière et la consommer aux bons moments… Mais ça, comptez sur nous pour tout vous expliquer. Après ça, vous ne bouderez plus cet aliment pour de mauvaises raisons et il retrouvera la place qu’il mérite dans votre assiette.

Un petit peu d’histoire …

Ce tubercule est vieux comme le monde. Ou presque. Originaire des hauts plateaux de la Cordillère des Andes, la pomme de terre poussait à l’état sauvage avant que les Incas ne commencent à la cultiver au 12ème siècle. A l’époque, ils l’appelaient « papas ». Ensuite, ce sont les conquistadores espagnols qui, de retour des Amériques, l’ont introduite sur le continent européen au 16ème siècle.

Depuis, la pomme de terre a fait un bon bout de chemin. Réservée à la nourriture des animaux, elle a été popularisée par un certain Autoine-Auguste Parmentier au 18ème siècle et n’a cessé depuis d’être cuisinée, accommodée, pour livrer le meilleur d’elle-même. Aujourd’hui, il existe plusieurs milliers de variétés de pomme de terre mais seulement 194 sont cultivées en France.

Pourquoi on la boude ?

Les bienfaits de la pomme de terre son nombreux. Elle est très riche en glucides et notamment en amidon (75% à 80% de la matière sèche). Du coup, elle est souvent classée dans la catégorie des féculents. Aujourd’hui, le principal reproche qu’on peut formuler à l’égard de ce tubercule est son index glycémique élevé (entre 65 et 95 selon le mode de cuisson). Contrairement aux idées reçues, elle n’est pas un sucre lent mais un sucre rapide. Cela signifie que son assimilation par l’organisme a pour effet de provoquer un pic de glycémie. Le corps, en recevant un apport rapide et brutal de glycémie dans le sang, va réagir en sécrétant en quantité importante une hormone appelée insuline. Le problème avec ce phénomène est double :

-À court terme, il contribue au stockage des graisses et donc à la prise de poids.

-À long terme, il peut favoriser les processus d’inflammation et contribuer à une apparition du diabète (type 2).

Il est donc important de ne pas trop consommer d’aliments à index glycémique élevé et de privilégier ceux dont l’index glycémique est bas comme les fruits, les légumes verts, les céréales complètes ou encore les légumineuses.

Les bienfaits de la pomme de terre

Loin d’être un aliment qui ne possède que des inconvénients, la pomme de terre peut se targuer de sa forte teneur en potassium, en magnésium, en cuivre, en vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B9 et C. Par ailleurs, elle est un aliment alcalinisant et contribue ainsi au maintien de l’équilibre acido-basique indispensable à la santé durable. C’est enfin une bonne source de fibres.

Comment la choisir ? Il existe trois critères principaux pour choisir vos pommes de terre. Ainsi, préférez-les :

-Issues de l’agriculture biologique car c’est un aliment parmi les plus traités en agriculture conventionnelle. Selon une étude publiée par l’association Pesticide Action Network PanEurope, la pomme de terre fait partie des 18 fruits et légumes les plus pollués, avec l’aubergine, le poireau, le raisin ou encore les pommes et les fraises. A noter qu’en es choisissant bio, vous pourrez les consommer avec leur peau qui contient un antioxydant bénéfique appelé acide chlorogénique.

-En adéquation avec la manière dont vous aller la cuisiner. Il existe en effet des pommes de terre à chair ferme (idéal pour une cuisson à l’eau ou à la vapeur), des pommes de terres à soupes, d’autres à purée.

-Sans germes ni tâches vertes car ce sont les preuves de la présence de solanine, un composé toxique. Et il faut bien garder à l’esprit que la cuisson ne détruit pas la solanine. Pour éviter que des tâches vertes ou des germes n’apparaissent, il est important de conserver les pommes de terre à l’abri de l’humidité et de la lumière.

Comment la cuisiner ?

Une fois bien choisie, il ne vous reste plus qu’à la cuisiner. Vous vous en doutez, pour une santé durable, les pommes de terre frites, rissolées ou sautées ne sont pas vos alliées. La faute notamment aux matières grasses ajoutées pour ces types de cuisson. En purée, la pomme de terre possède un index glycémique élevé (environ 85) donc il est préférable de minimiser la consommation de cette version du tubercule.

La meilleure façon de cuisiner ses pommes de terre reste la cuisson à la vapeur. De cette manière, on évite les ajouts inutiles de matières grasses (le plus souvent de mauvaise qualité, en plus) et on préserve au mieux les nutriments.

On évite par ailleurs de l’associer à des protéines animales. L’idéal est en effet de consommer la pomme de terre accompagnée de légumes verts et de bons gras, comme de l’huile d’olive biologique vierge de première pression à froid. Accommodée ainsi, elle verra son index glycémique descendre et vous profiterez alors uniquement de ses bons côtés.

 

Pour aller plus loin : Salade de pommes de terre nouvelles et pousses d’épinardÉcrasé de pommes de terre aux alguesL’index glycémique : un indice précieux pour une santé durable,

 

Le plus efficace des coachings commence ici

Choisissez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.