Tout savoir sur les poissons gras !

Les Fitnextiennes et les Fitnextiens le savent : une alimentation saine est une alimentation composée notamment de matières grasses de qualité et en quantité suffisante. Outres les huiles végétales, les oléagineux ou encore certains fruits et légumes comme l’avocat, les bons gras se trouvent aussi dans le poisson. Mais pas n’importe lequel. Fitnext vous propose de tout savoir sur les poissons dits gras (ou bleu). Lesquels choisir ? Quels sont les bénéfices en terme de santé ? Faut-il éviter certaines espèces et pourquoi ? Vous allez devenir incollable sur ces aliments particulièrement riches en oméga 3. C’est votre cœur et votre cerveau qui vont vous dire merci !

Qu’est-ce qu’un poisson gras ?

Par « poissons gras », on entend poissons d’eau douce ou de mer vivants dans des eaux froides. Concrètement, il s’agit du saumon, du hareng, de la sardine, du maquereau, de l’anchois, du flétan, du thon et de l’espadon. La particularité des ces poissons est qu’ils contiennent de 5 à 12% de lipides, contre seulement 1 à 4% pour les poissons dits « maigres » que sont, par exemple, le bar, le cabillaud, le lieu, le colin ou encore la sole. Mais pas de panique, quand on parle de matières grasses et de lipides, ceux-ci sont à classer dans la catégorie des bons gras. Outre leur richesse en fer, zinc, iode et sélénium, ces poissons sont en effet bénéfiques en raison de leur forte teneur en acides gras polyinsaturés, dont les fameux oméga 3.

De nombreuses études, notamment chez les Inuits (grands consommateurs de poissons gras), ont prouvé que la consommation régulière de poissons gras, donc riches d’oméga 3, limitent les problèmes cardio-vasculaires. Par ailleurs, ces acides gras, jouent un rôle prépondérant dans les fonctions visuelle et cérébrale. Les acides gras oméga-3 peuvent ainsi aider à prévenir la dégénérescence maculaire (DMLA) et ont des effets bénéfiques sur certains problèmes de dépression. Ils ont aussi un impact positif sur le système immunitaire.

Le problème des poissons d’élevage

Depuis de nombreuses années, le problème avec les poissons gras est qu’ils proviennent de plus en plus souvent de fermes aquacoles. Si l’aquaculture peut permettre de ne pas avoir de phénomène de surpêches de certaines espèces avec le risque inhérent de disparition, la réalité de ces élevages est bien souvent triste. La Norvège et ses nombreuses fermes à saumons a largement défrayé la chronique ces dernières années, en raison de pratiques peu en phase avec la santé humaine mais aussi l’environnement. Ainsi, ce sont des centaines de milliers de poissons qui sont entassés, nourris avec des farines végétales et animales et soignés régulièrement à grand renfort d’antibiotiques. Si ces poissons d’élevage arrivent plus rapidement à maturité, sont plus gros et aussi plus gras en raison de leur alimentation, la qualité nutritionnelle est, elle, moins au rendez-vous pour le consommateur.

Comment en effet croire qu’un poisson peut être bénéfique pour la santé quand il a vécu entassé, a mangé des granulés toute sa vie et a été copieusement traité avec des médicaments ? On ne dit pas qu’il ne faut pas manger de poissons gras. Bien au contraire. Mais, en tant que consommateur, il faut pouvoir effectuer des choix en toute conscience. Et dans le cas d’une santé durable, le choix doit idéalement se porter sur les poissons de ligne ou issus d’élevage biologique, ce qui garanti une nourriture plus saine pour les poissons et une réglementation très stricte concernant l’utilisation de médicaments.

La pollution marine

Les mers et les océans du globe sont aujourd’hui touchés par des problèmes de pollution de plus en plus inquiétants et les premiers impactés sont bien évidemment les poissons. Qu’ils soient gras ou pas d’ailleurs. Concernant les poissons gras dits de pleine mer – en opposition aux poissons d’élevage -, ils sont susceptibles de contenir des métaux lourds (mercure en particulier) et des polluants, dont certains organochlorés tels que les PCB. Comme on peut le lire que le site du Ministère de l’écologie, « les PCB ont une longue persistance dans l’environnement et peuvent être transportés sur de grandes distances dans l’environnement. En effet, les PCB sont des substances très peu biodégradables qui, après rejet dans l’environnement, s’accumulent dans la chaîne alimentaire. » Par ailleurs, il faut noter que les PCB sont liposolubles, c’est-à-dire solubles dans les lipides, et votre organisme en fait d’autant plus les frais. Vous comprenez donc l’ampleur du problème.

Dans ces conditions, chez Fitnext, on ne vous interdit toujours pas de manger du poisson mais on vous donne une astuce : plus un poisson est gros, plus il a vécu longtemps. Ainsi un thon ou un saumon ont plus de temps pour engranger des produits polluants dans leur organisme qu’une sardine ou un maquereau. Il est donc préférable de consommer des petits poissons gras qui, par état de faits, seront moins touchés par la pollution marine. Outre le maquereau et la sardine, vous pouvez aussi vous tourner vers le hareng et l’anchois.

Comment choisir un poisson gras ?

Chez votre poissonnier, vous l’aurez compris, privilégiez les poissons de ligne. Souvent plus chers, on vous l’accorde, ils n’en seront que meilleurs pour votre santé. Si vous avez des difficultés à vous procurer du poisson frais, le surgelé – toujours en respectant les conseils ci-dessus – peut être une alternative. Dans une version fumée ou en boîte, les poissons gras sont aussi nutritionnellement intéressants et riche en bons gras. Après tout est une affaire de goût.

Pour celles et ceux qui font attention à leur poids, évitez toutefois les sardines qui baignent dans l’huile, des huiles qui, en passant, ne sont pas toujours de très grande qualité. Evitez également les friture ou toute autre préparation qui viserait à ajouter du gras à des poissons … gras. Pour profiter des protéines et des oméga 3 de ces poissons, comme le font largement les Japonais adeptes du régime Okinawa, vous pouvez en manger une à deux fois par semaine. Vos artères, votre peau et votre cerveau vous remercieront.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choississez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.


Le poisson est-il toujours bon ?

Poisson ou poison ?

Le poisson est-il un autre poison ? Faites le point sur la qualité de cette source d’oméga 3 Riches en vitamines …