Être végétarien est un effet de mode, ça coûte cher, ça ne sert à rien … Autant d’idées reçues, mais qu’en est-il en réalité ? Les régimes végétarien et végétalien sont de plus en plus en vogue et attisent les critiques. Fitnext fait le point et décrypte les idées reçues les plus courantes sur le végétarisme.

 

« Les personnes végétariennes ou végétaliennes sont souvent malades »

Au contraire, les personnes ayant une alimentation principalement, voire entièrement végétale, ont moins de chance de développer des maladies cardio-vasculaires et métaboliques (obésité, diabète, ostéoporose ..). Leur microbiote étant constitué de bonnes bactéries en plus grande quantité, leur système immunitaire est globalement plus fort.

En revanche, si l’alimentation n’est pas assez variée et complète, les risques de carences existent. Les personnes ne mangeant pas, ou que peu de produits d’origine animale ont tendance à manquer de certains nutriments. Mais pas de panique, il est, la plupart du temps, possible d’être végétarien et de combler tous ces apports sans viande.

Être végétarien c’est faire attention à certains nutriments :

  • Vitamine B12 : si vous êtes végétarien, vous pouvez en trouver notamment dans les oeufs et le fromage. Si vous ne mangez rien d’origine animale, certaines marque de spiruline en contiennent un peu. Sinon, il est important de se supplémenter en veillant à choisir des compléments d’origine naturelle et non chimiques.
  • Calcium : vous trouverez du calcium dans les oléagineux, les boissons végétales, certains végétaux comme les légumes verts, les figues, ou encore certaines épices comme la cannelle. Le tofu et le soja sont aussi de bonnes sources.
  • Acides gras essentiels : les oléagineux, les huiles végétales et l’avocat sont de bonnes sources d’acides gras essentiels.
  • Protéines : les oeufs contiennent des protéines de bonne qualité. Sinon vous en trouverez dans les oléagineux, les légumineuses, le quinoa, le soja, les céréales complètes et certaines graines (chia, courge). Les associations légumineuses/céréales au cours d’un repas sont intéressantes pour combler vos besoins en protéines et acides aminés.
  • Fer : les légumineuses comme les lentilles, et certains légumes à feuilles comme les épinards et la mâche sont riches en fer.
  • Vitamine D : Le soleil vous permet de synthétiser de la vitamine D. Sinon, les poissons gras ou les oeufs en contiennent.

A lire aussi : Végétariens et musclés !

 

« Etre végétarien coûte cher »

Dans une alimentation omnivore, ce qui coûte le plus cher c’est la viande. Être végétarien, c’est ne plus consommer de viande. Donc, vous n’avez plus cette dépense et pouvez vous permettre des produits de meilleure qualité et plus variés, sans forcément augmenter votre budget.

Les légumineuses, les céréales, les fruits et légumes restent des aliments peu coûteux et accessibles en général. Ce sont eux qui constituent votre base alimentaire. Le reste, ce sera du plus pour se faire plaisir et ajouter goût, saveurs et encore plus de bienfaits à vos plats.

Certains aliments peuvent paraître chers dans une alimentation végétale :

  • Les fruits exotiques : or il est mieux de privilégier les fruits de saison et locaux.
  • Les épices et graines : ce sont cependant des choses qu’on ne rachète pas à chaque course et qui durent plusieurs semaines.
  • Les super-aliments : de petites pépites nutritionnelles assez coûteuses mais non obligatoires à une bonne alimentation.
  • Les oléagineux : additionnés à un panier raisonnable ils ne vous reviendront pas plus chers que de la viande.

A lire aussi : Choisir une alimentation végétale

 

« Une alimentation végétale est ennuyeuse et restrictive »

On s’imagine souvent, à tort, qu’être végétarien signifie ne manger que de la salade et des graines. En réalité, une alimentation végétale est bien plus variée que cela. Comme nous l’explique le médecin nutritionniste, Jérôme Bernard-Pellet, « il y a de nombreux substituts à la viande. Que ce soient les légumineuses (lentilles, pois, pois-chiche, haricots secs, fèves, soja, etc…), les oléagineux (noix, noisettes, amandes, graines de lin, graines de tournesol, etc…) ou les céréales (riz complet, blé ou maïs), ils représentent des grandes sources de protéines végétales. »

Vous pouvez facilement remplacer un steak classique par du tofu, du seitan ou encore de soja. Des steaks « injustement décriés », selon Dr Bernard-Pellet. Il est également facile de réaliser un steak végétal à l’aide de légumineuses et céréales. Par contre, évitez les substituts à la viande d’origine industrielle. Ils sont souvent pleins de conservateurs, colorants et exhausteurs de goût pour leur donner un réel aspect de viande.

En y regardant de plus près, presque tous les plats populaires aujourd’hui se revisitent facilement de manière végétarienne : burger, lasagnes, pizza… Sans oublier qu’énormément de cuisines assez populaires sont pauvres en viande, comme la cuisine libanaise ou indienne.

A lire aussi : Végétarisme : à quoi ça correspond ?

 

« Être végétarien : ne plus manger de viande est un effet de mode »

Devenir végétarien doit être une envie personnelle, quelle qu’en soit la motivation au départ. Mais, être végétarien, bien plus qu’un effet de mode, c’est s’engager pour sa santé mais aussi pour la planète et pour la cause animale.

En effet, selon Dr Bernard-Pellet, « l’élevage intensif entraine un gaspillage d’environ 90 % de ressources de tout types. On parle donc de terres arables, d’eau, d’électricité, de pétrole, d’engrais, de pesticides. » Puis, si on y regarde de plus près, la condition animale est abominable dans la plupart des élevages actuels. Étant donné qu’il faut produire un maximum de viande, les animaux sont élevés dans de très mauvaises conditions : peu d’espace, stressés, nourris aux antibiotiques … ce sont finalement des animaux malades que nous mangeons. En réalité, la viande que nous consommons ne contient plus tous les nutriments nécessaires qu’elle devrait posséder. Une disparition des propriétés nutritionnelles due en grande partie à « l’agriculture intensive développée après la Première Guerre Mondiale », d’après Jérôme Bernard-Pellet. La viande rouge est même déclarée cancérigène probable par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) depuis 2015.

Une personne végétarienne, en plus de choisir une alimentation de meilleure qualité nutritionnelle, contribue en moyenne à sauver une centaine d’animaux par an, une chose non négligeable.

A lire aussi : Le régime flexitarien, une alternative au végétarisme ?

Cependant, chacun reste libre de ses choix et de manger ce qu’il souhaite. Quel que soit votre régime alimentaire, Fitnext vous préconise tout de même de ne pas manger de la viande à chaque repas. Il est meilleur pour la santé et pour la planète de réduire durablement sa consommation en viandes et poissons.