Couper les ailes du RedBull

avion redbull

La jeunesse du monde entier en a fait une compagne quotidienne. Invitée privilégiée au bar comme en terrasse, la fameuse cannette bleue-métal venue tout droit d’Autriche, créée en 1987, a fait une entrée tonitruante sur le marché du soda. La recette de ce succès ? Une communication innovante et extraordinairement efficace. Sponsor majeur de la formule 1, omniprésent en matière de sports extrêmes (saut en parachute, le ski/snowboard, le surf ou encore le skate board) RedBull a su donner l’image d’une marque synonyme de sensations fortes, de vitesse et de dépassement de soi.
Retour sur l’incroyable ascension de la marque au taureau rouge présente dans les petites « boom de garage » jusqu’au plus grandes soirées tropézienne, focus sur la sulfureuse boisson qui « donne des ailes ».

Depuis quelques années maintenant, cette boisson est plébiscitée par les Français.
Aujourd’hui on trouve du RedBull partout dans plus de 150 pays avec une disponibilité déconcertante. Pour en acheter, rien de plus simple : rendez-vous en supermarché. Située dans le même rayon que les sodas traditionnels, les boissons énergisantes coûtent en revanche deux fois plus chère en moyenne.

Bienvenue

Malgré l’avis défavorable du monde scientifique, le lobbying acharné des communicants de RedBull a su faire plier la France en 2008.
Pour son entrée dans l’Hexagone, le géant Autrichien a vu les choses en grand : défilé dans Paris avec des mini Cooper aux couleurs de la marque et des cannettes taille humaine sur les toits. À leur bord, les attelages de “wings team“, ces spectaculaires jeunes femmes présentes pour asseoir la notoriété de la marque “sans publicité“. Une communication structurée autour du “bouche à oreille“ nourri de l’évènementiel sportif. Une stratégie qui semble payante. RedBull se veut l’incarnation d’une génération de jeunes ayant la capacité de se dépasser, de prendre des risques et d’aller au-delà de ses limites.

Pourquoi la France n’a pas souhaité de ce produit dans ses étals ?

Douze ! C’est le nombre d’année ou la France a réussi à résister, avant d’abdiquer devant RedBull. Tout cela, on le devait à l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments). Depuis 1996, c’est dans leurs bureaux que la marque déposait des dossiers afin d’obtenir le droit d’être vendu en France. Mais la réponse fut toujours négative. Des expériences menées sur des rats avaient entre autre inquiété l’AFSSA. En cause, des signes anormaux d’hyperexcitabilité qui provoquaient aux cobayes des troubles comportementaux. À tel point que certains en venaient à se ronger leurs propres pates.
De là à penser que cela aurait les mêmes effets sur l’homme, il y a un pas à franchir. La prudence, tout du moins, était de mise. C’est d’ailleurs ce qui suffit à imposer une interdiction sur la ventes de ces produits en France jusqu’en avril 2008.

Pourquoi est-ce mauvais (pour la santé) ?

Le RedBull est un désastre pour l’organisme ! Les associations de lutte contre l’alcoolisme se sont inquiétées des effets pervers de cette boisson, qui réduit très fortement le gout de l’alcool, pour le remplacer par celui du sucre. Au final, le RedBull-Vodka au pouvoir addictif, provoque des accidents. Pourquoi ? Parce que la consommation est bien plus importante que ce qu’elle serait si les individus consommaient de l’alcool seul.

Que contient réellement le RedBull ?

À l’intérieur du produit, deux ingrédients sont notamment montrés du doigt : le glucuronolactone, et la taurine. Des composants naturellement présent dans les aliments et dont l’être humain a besoin pour vivre. La taurine, par exemple, est un acide aminé abondant dans l’organisme qui participe à la digestion.
Sauf qu’aujourd’hui, on sait les reproduire synthétiquement sous forme de poudre, et devinez où…? Evidemment, dans le pays où toutes reproductions sont possibles : la Chine.
Le souci, c’est que dans une cannette de RedBull, ces deux produits sont massivement présents. En ce qui concerne la taurine, c’est cinq fois plus que ce dont le corps humain a besoin, et cinq-cents fois plus pour le glucuronolactone. Cette surdose est responsable des conséquences désastreuses sur la santé des rats. En revanche, aucune étude n’ayant été réalisée sur l’homme, rien d’autre que le courage politique ne permet aux autorités d’interdire la commercialisation des canettes de RedBull.

Comment la marque a-t-elle réussi à rentrer en France ?

Malgré ces doutes sur la santé et l’interdiction de l’AFSSA, RedBull a réussit à se faire commercialiser sur le territoire français.
L’ancienne ministre de la santé, Roselyne Bachelot était opposée à son entrée sur le territoire. Seulement voilà, l’entreprise autrichienne a menacé la France d’un procès en s’appuyant sur une nouvelle directive européenne. La France devait être capable de prouver que le dit produit était dangereux pour la santé, sinon elle devait vendre la boisson comme tous les autres pays de l’union. Absence de preuves évidentes, la France était dès lors obligée de mettre en vente ces produits, auquel cas l’Etat encourrait une amende de 300 millions d’euros.

Des doutes sur les boissons dites énergisantes

Sans que le lien avec le RedBull soit clairement établi, l’ANSES (l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) a étudié huit cas d’arrêts cardiaque en lien direct avec la consommation de ces boissons : deux cas ont été jugés non recevable en raison du manque d’informations déclarées. Cependant, sur les six autres cas, l’imputabilité de la consommation des boissons dites énergisantes a été jugée douteuse voire très vraisemblable avec ces décès.
Le cas pour lequel l’imputabilité a été jugée très vraisemblable par l’ANSES correspond un cas de mort subite chez une jeune fille de 16 ans en Suède, survenu juste après s’être arrêtée de danser en discothèque, et après avoir consommer plusieurs mélanges de Vodka-RedBull. Alors, si vous voulez éviter de subir le même sort, mieux vaut ne pas jouer les Icare.

 

 


Prenez le contrôle et choisissez la formule qui vous convient

Abonnement
12 mois
19€/mois
14€/mois
Abonnement
12 mois
19€/mois
14€/mois
60€ offerts
Abonnement
6 mois
24€/mois
Abonnement
6 mois
24€/mois
Abonnement
3 mois
29.90€/mois
Abonnement
3 mois
29.90€/mois
Abonnement
1 mois
32€/mois
Abonnement
1 mois
32€/mois