Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

Digestion difficile ? Lisez ceci

Si vous souffrez de problèmes digestifs, cet article est fait pour vous.

1 français sur 3 dit souffrir de digestions difficiles. Les scientifiques notent également une recrudescence de troubles digestifs chez les plus jeunes, une population d’ordinaire épargnée car vierge de toute agression extérieure. Et que dire de tous ces maux de ventre dont l’origine n’est pas identifiée ? Et qui disparaissent lorsque les personnes concernées adoptent une diète saine ?

Des aliments riches en fibres

C’est la clé de toute digestion réussie. À court terme comme à long terme. À court terme parce que les fibres alimentaires agissent comme une chasse sur les intestins. D’abord, ils permettent de tamponner l’acidité créée par une alimentation trop riche en protéines animales ou en sucres simples. De plus ils ralentissent l’absorption des glucides, ce qui permet à l’intestin d’être plus performant dans son mécanisme d’absorption. Voilà pour l’aspect court-termiste.

À long terme, les aliments riches en fibres sont les alliés absolus contre une digestion difficile. Car agir comme une chasse ne permet pas uniquement d’évacuer les résidus d’aliments qui se trouvent dans les anses des intestins. Cela permet surtout de laisser l’intestin impeccable pour les digestions à venir, et de préserver les parois intestinales. Or, celles-ci ne peuvent absorber correctement les nutriments mis à disposition dans le tube digestif si elles sont endommagées par une alimentation anarchique. C’est alors la porte ouverte à la stagnation de résidus alimentaires dans l’intestin, ce qui crée des putrescences acides potentiellement toxiques à terme.

La nature étant bien faite, les aliments riches en fibres que sont les céréales complètes, les fruits et les légumes sont aussi de véritables cocktails de vitamines et minéraux. Or sont ces nutriments qui vont vous permettre de revitaliser votre flore intestinale. Rappelons que celle-ci est composée d’environ 100 000 milliards de bactéries, pour un poids globale d’1,5kg en moyenne. Leur rôle ? Assurer la fluidité du transit, initier les réaction anti-inflammatoires, déclencher le système immunitaire lors de l’intrusion d’agents pathogène… Ce n’est pas un hasard si l’intestin est considéré comme le « deuxième cerveau ».

Évitez les agressions de la flore intestinale

Il est évident qu’un bol alimentaire sain est le passage obligé de tous ceux qui souhaitent prendre soin de leurs intestins. Seulement voilà, il ne suffit pas de se cantonner à expliquer combien les aliments riches en fibres sont importants. Il faut aussi dénoncer ce qui, dans une large majorité de cas, entrave le travail des intestins et occasionne des douleurs abdominales post-digestives.

Pour commencer, il faut réellement éviter l’excès de protéines animales. Devenir végétarien est une alternative viable et saine à un modèle carné qui a vécu. En effet, les protéines animales sont extrêmement acidifiantes pour l’organisme. Nous ne sommes pas des carnivores. Et ce à deux titres.

D’une part, nous ne possédons pas des intestins courts comme ceux des carnivores, aptes à digérer rapidement les viandes puis à les expulser sans leur laisser le temps d’acidifier le tube digestif. Au contraire, nous possédons des intestins longs, à l’instar de ceux des herbivores. La viande séjourne donc longtemps dans l’intestin, endommageant la paroi intestinale de même que la flore intestinale.

D’autre part, à l’inverse des carnivores, nous ne possédons pas l’urase, l’enzyme nécessaire à la digestion des viandes. En conséquence, notre tube digestif s’acidifie et produit une quantité importante d’acide urique. De quoi considérablement acidifier notre terrain, et dégrader notre état de santé général.

Enfin, il convient d’éviter les digestions trop lourdes. Nos intestins ne sont pas infatigables, il peuvent baisser de régime au fil des digestions trop importantes. Fonctionner en surrégime n’est jamais anodin, et il convient d’épargner à notre tube digestif d’absorber plus que ce qu’il ne peut. C’est notamment la cas le soir venu. Le repas du soir doit être espacé de l’heure du coucher d’au moins 1h30. Lorsque vous dormez, c’est logique, vous êtes en position allongée. Vous ne bénéficiez plus de l’effet de l’apesanteur. les aliments que vous avez consommés descendent moins facilement le long de votre intestin. Digestion compliquée, ballonnements, sommeil perturbé. Difficile pour le corps de récupérer lors de ces nuits.

Intolérance au gluten, faites le test !

Auparavant, les gastroentérologues vouaient une confiance aveugle au test de dépistage de l’intolérance au gluten. Mais depuis peu, leur position a évolué. Surtout devant l’afflux de patients faisant état de migraines, ballonnements, diarrhées et autres désagréments handicapants au quotidien, malgré les tests négatifs. Aussi, il se peut que vous souffriez d’une intolérance légère, au demeurant incommodante.

Pour en avoir le coeur net, il n’existe qu’un test fiable, confinant au bon sens : pendant 8 jours, stoppez votre consommation d’aliments comportant du gluten. Comparez alors vos sensations. Si vous vous sentez réellement mieux, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Le plus efficace des coachings commence ici

Choississez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.