Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

À quoi sert la transpiration  ?

La transpiration a une utilité lors d'une séance de sport

Le rendement énergétique de l’activité musculaire est d’environ 20%, ce qui signifie que 80% de l’énergie produite lors d’un effort musculaire part en chaleur ! La quantité de chaleur produite est proportionnelle à l’intensité de l’effort (les premiers à l’arrivée d’un marathon sont aussi ceux dont la température corporelle est la plus élevée), donc plus celui-ci est important plus le corps va devoir lutter pour maintenir sa propre température dans une limite viable (qui ne dépasse pas 42 degrés !).

Comment votre corps régule sa température ?

En premiers lieux, par convection, c’est-à-dire par échange de chaleur entre un solide (le corps) et un fluide (l’air). La température de la peau est en général de 33 degrés, donc si la température de l’air ambiant est inférieure, le corps va pouvoir lui « donner » de la chaleur. Ce phénomène est amplifié en cas de vent et de vitesse de déplacement, ce qui d’ailleurs pose problème quand il s’agit de conserver de la chaleur (par exemple dans le cas d’une descente de col en vélo). A l’inverse, dans le cas de sports « sur place » tels que la course sur tapis ou le vélo en salle, ce phénomène d’évacuation de chaleur n’a qu’une faible influence, on y transpire donc plus. (d’autant plus qu’il y fait souvent plus chaud qu’à l’extérieur )

Le rôle de la  transpiration

Ainsi la transpiration est la stratégie la plus efficace développée par l’homme pour éliminer un surplus de chaleur. C’est l’hypothalamus (glande située dans le cerveau) qui, en réponse à cette hausse de la température corporelle, régit la transpiration et envoie le sang vers la peau dont la surface est criblée de nombreux petits pores reliés à des glandes sudoripares. De celles-ci s’échappe l’eau provenant du plasma sanguin contenu dans les petits capillaires situés à proximité de l’épiderme. Cela crée un conflit entre le besoin accru en sang des muscles pour l’effort et la nécessité d’en renvoyer une partie à la surface. Ce conflit est remporté par les muscles vers qui le flux sanguin est préférentiellement orienté (rappelez-vous des meilleurs marathoniens et leur température corporelle élevée). On retrouve la même problématique au détriment des autres organes, dont les intestins (d’où les nombreux troubles digestifs à l’effort). Mais attention, c’est l’évaporation qui permet d’éliminer de la chaleur, et non le simple fait de perdre de l’eau. Et c’est ce qui pose problème en cas de forte humidité : un air chargé en humidité accepte beaucoup plus difficilement de recevoir de l’eau. Cela explique le ruissellement de la sueur qui ne peut s’évaporer et la difficulté d’effectuer un gros effort dans ces conditions, la température corporelle augmentant rapidement.

Pour conclure

La capacité à limiter cette hausse est en effet un des facteurs limitant de la performance. Chaque individu possède une température limite au-delà de laquelle le cerveau dit stop. Et heureusement ! La transpiration étant la parade la plus pertinente, il s’agit de l’optimiser et de compenser les pertes qu’elle occasionne.

Par Erwann Menthéour

Le plus efficace des coachings commence ici

Choississez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.


En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.