Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

Avis de Fitnextien : « Je suis désormais un Fitnextien »*

L’avis de Fitnextien, par Frederic, 40 ans. Après quelques années professionnelles riches s’est senti mené une vie sans équilibre alimentaire et sportif, il s’est alors décidé à retrouver la forme avec la méthode Fitnext.

Un organisme qui se réinitialise tranquillement mais sûrement !

 

Bonjour à tous, Fitnextiens, Fixnetiennes, et vous tous qui vous posez encore la question de sauter le pas ou non de la méthode d’Erwann Menthéour.

Je m’appelle Frédéric, 40 ans,  je suis officier de sapeur-pompier, et ma réussite professionnelle m’a aussi rendu « carrément sédentaire depuis 5 ans ». Enfin, je suis surtout papa de Hugo, 7 ans et Héloïse, 4 ans.

 

Pourquoi parler d’eux ici me direz-vous ? Simplement parce que le déclic pour moi a été une phrase anodine pour eux, mais lourde de sens pour moi « Papa, t’as un gros ventre, comme dans l’histoire du papa boule ! ».

 

Rémi Gaillard (pour les adeptes) a dit « C’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui ». Moi j’ai préféré me lancer dans la méthode Fitnext pour redevenir le papa que j’étais il y a quelques années aux yeux de mes enfants : ce n’est pas n’importe quoi, et je ne suis pas n’importe qui, je suis désormais un Fitnextien !

 

Mon épouse profite de cours avec un coach sportif payé par son employeur, génial ! Et ce coach reconnaît (et vante même) les bienfait de la méthode Fitnext. On s’y est intéressé, et c’est l’occasion d’une promotion sur leur site qui nous a décidé. Quelques clics, un code de carte bleue, et le tour était joué : un abonnement de 6 mois. Il ne nous restait plus qu’à fixer notre date de démarrage !

 

Ah oui, je n’ai pas précisé, je dis nous, car ma femme, dans de bien moindre proportions, a décidé de suivre la méthode Fitnext avec moi.

 

Nous avons choisi le 11 octobre, un samedi. Le week-end nous a semblé plus propice à supporter la monodiète de pomme, et surtout le sulfate de magnésium (et ses plaisirs !). Crues, en cubes, en tranches, en compotée, chaudes : le premier jour, la pomme c’est sympa. Le deuxième jour, on s’en accommode encore, mais le troisième jour, on a hâte d’être à l’heure du coucher. C’est un peu « raide » mais il faut en passer par là, et avec du recul, ce n’est pas si terrible au regard des bienfaits que cela peut apporter au fil des jours.

 

Oui, des bienfaits : un meilleur sommeil, un sentiment d’apaisement et de bien-être le matin, l’impression jour après jour de ne plus pouvoir manger autant qu’avant, bref un organisme qui se réinitialise tranquillement, doucement mais sûrement.

 

L’aide à la composition des menus est essentielle. Elle permet de prendre là aussi de nouvelles habitudes : tenir compte des valeurs nutritionnelles des aliments (chose qu’on évoquait mais sans le faire véritablement). Protéines, féculents, viande rouge, viande blanche, légumes crus, légumes cuits fruits… des règles simples et qui sont déjà une grande part de la perte de poids que j’ai pu vivre (ça m’a été confirmé par mon médecin traitant). Les premières semaines, on s’en tient à ce qui est écrit et petit à petit, on sait s’adapter on ne pense plus « plat », mais « catégories d’aliments » et on fait son choix tranquillement dans les rayons des magasins.

 

J’ai démarré le programme à 108 kg. Mon objectif : atteindre 95 kg… bref, en perdre 13 ! L’évaluation personnalisée de ma situation a conclu que cet objectif était raisonnable et atteignable… en un an. Avec un abonnement de 6 mois, j’ai un peu fait la moue devant mon écran d’ordinateur, je ne vous le cache pas.

 

Alors je me suis plongé à fond dans la méthode : zéro écart dans l’alimentation, zéro écart dans le programme sportif, en suivant les séances recommandées à la lettre : abdos, ischio, squats, chaise… Dieu sait combien de minutes j’ai senti mes cuisses brûler sous mon short !

 

Mais le bilan hebdomadaire était là pour me faire tenir : 1ère semaine = -3,5 kg, 2ème semaine = -2 kg, 3ème semaine = -2 kg… pour atteindre les 95 kg attendus au bout des 40 jours du cycle 1. Preuve que ça marche !

 

« Une quasi renaissance ! »

 

Ce n’est pas sans quelques petites conséquences non plus : le changement du mode d’alimentation m’a occasionné quelques troubles intestinaux mineurs, mais qu’il faut prendre en compte. Manger cru et manger cuit, ce n’est pas la même chose pour vos intestins, alors là-aussi suivez le programme. Et il ne faut pas hésiter à interroger les coachs : ils sont disponibles et répondent toujours à tous nos messages. J’ai consulté mon médecin personnel sur ces troubles et il n’a rien trouvé de particulier, mais ça a été l’occasion de faire une analyse de sang très complète (pour vérifier que je n’avais aucune carence du fait du régime) et là encore, tous les voyants au vert : moins de cholestérol, moins de triglycérides, des gamma GT quasi inexistants… une quasi renaissance !

 

Ma vie quotidienne a déjà changé : j’ai ressorti des vêtements que je croyais à jamais stockés dans le fond de l’armoire, je vais sans crainte au restaurant pour mes rdv professionnels en assumant pleinement de préférer la poêlée de légumes à l’assiette de frites, je me content d’unesalade le soir sans ressentir de fringale en pleine nuit… mais surtout, je fais en sorte de pratiquer 45 minutes d’activité physique au minimum tous les deux jours (pour garder aussi du temps pour les miens) et sans me forcer. Là aussi, on s’en tient aux séances proposées au départ, puis on prend l’habitude de se bouger, de transpirer, de quelques façon que ce soit et c’est le signe d’un renouveau. J’en arrive même à ressentir un manque quand j’ai trop d’obligations professionnelles dans ma semaine de travail.

 

J’ai découvert Fitnext, j’ai lu Fitnext, j’ai douté de Fitnext (parce que je pensais que c’était encore une autre méthode plus par rapport à celle que j’avais essayé avant et qui ne m’ont jamais empêché de reprendre les kilos perdus), j’ai finalement acheté Fitnext, j’ai pratiqué Fitnext et aujourd’hui… Je ne peux que recommander Fitnext ! Car Fitnext m’a réussi.

 

J’en suis tellement satisfait que je me suis dit que m’alléger de 4 ou 5 kg supplémentaires ne serait finalement pas si mal. Je suis donc reparti dans un second cycle de perte de poids. Mais là, forcément, ça va moins vite : les derniers kilos sont toujours les plus dur à décrocher. Mais ça descend toujours quand même à coup de 500 g par semaine.

 

Pour le 3ème cycle, je pense que je me contenterai d’un programme de « remise en forme ». Mais je vous raconterai ça le moment venu !

 

A bientôt,

 

Frédéric.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choississez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.


En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.