Perte de poids Body weight Nouveau Full energy NouveauSe connecter

Témoignage de Gaëlle, 33 ans : « Je ne me suis jamais aussi bien sentie »*

temoignage, avis Fitnext de gaelle

Témoignage de Gaëlle, 33 ans.

Quel était votre mode de vie avant d’avoir adopté la méthode Fitnext ?

Avant d’avoir adopté la méthode Fitnext, je ne faisais pas de sport. En tant qu’infirmière à domicile, j’ai des horaires de travail assez importants : 6H00-13H30 15H00-21H00. Le temps de la coupure est généralement consacré au repas, au repos et aux papiers. Mes jours de repos étaient partagés entre la caserne (je suis infirmière sapeur-pompier), les travaux, les papiers et ma fille. Avec le recul, je réalise que j’aurais quand même pu pratiquer un sport si je l’avais vraiment voulu. Mais, trop « lourde »,  je ne savais pas quel sport choisir et je craignais le regard des autres. Quand on ne veut pas, on se trouve toujours des excuses. Je qualifiais mon travail (assez physique) d’activité sportive. Quelle mauvaise foi…

Niveau alimentation, j’optais pour le côté pratique : boîtes de conserves, plats industriels, plats de belle-maman, passages au drive du Mac Do. Quand je prenais le temps de cuisiner, je préparais des plats riches en mauvaises graisses, des plats traditionnels tels que des spaghettis bolognaises, pizzas, tartiflettes… Je mangeais également beaucoup de viande : un steak avec sa fameuse sauce aux poivres, ou à l’échalote. Les sodas, le pain, le fromage et (surtout) les desserts accompagnaient mes repas. J’avais une attirance (pour ne pas dire addiction) pour le sucre.

C’est comme si mon bien-être passait par une alimentation grasse et sucrée. J’ai fait fausse route durant les 32 premières années de ma vie. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu des problèmes de poids. Alors parler de bien-être avant Fitnext est un concept quelque peu difficile. J’étais heureuse, oui, mais loin d’être bien dans ma peau et dans mon corps.

Comment avez-vous entendu parler de Fitnext ?

J’étais chez une patiente, la télé était allumée sur France 2 et j’ai entendu un monsieur utiliser le terme « mode de vie » à la place de « régime ». Je m’en souviens comme-ci c’était hier :

« Il faut arrêter de parler de régime et il faut arrêter de se priver de tout pour combattre les kilos. Quand on se reprend en main, il faut se faire plaisir, il faut craquer pour pouvoir tenir le coup dans la durée » disait-il.

J’étais étonnée, surprise, voire même stupéfaite. C’est la première fois de ma vie que j’entendais quelqu’un parler de plaisir pendant une phase de perte de poids. Ce qui m’a encore le plus touché, c’est la phrase qui a suivi :

« Il ne faut pas culpabiliser quand on craque, le corps et l’esprit en ont besoin ».

Qu’avez-vous retenu de ce reportage ?

Ayant déjà suivi plusieurs régimes (hypocaloriques, hyperprotéinés par substitut de repas, Dukan, soupe aux choux), c’est la première fois que j’entendais quelqu’un parler de plaisir et de craquages « autorisés ». À chaque fois que j’ai suivi un régime, ceux-ci ont fonctionnés. Or, à chaque fois que je craquais, je gâchais tous mes efforts. Avec un tel sentiment de culpabilité, je me disais que j’avais tout fichu en l’air, et je me réfugiais dans la nourriture à nouveau. Véritable cercle vicieux, avec le fameux « effet yoyo » !

Ce jour-là, je n’ai pas eu le temps de noter le nom de cet homme, ni même le nom de l’émission, quel dommage ! Mais, quelques semaines plus tard, j’ai entendu cette voix qui parlait d’une personne qui était en train de suivre la méthode. Je me suis donc posée et ai suivi avec attention le reportage. Celui-ci parlait d’une dame coachée par ce fameux monsieur.

Plusieurs choses m’ont interpellé. Premièrement, la personne coachée n’était pas du tout sportive à la base. Elle avait du mal à exécuter les exercices, mais le coach gardait son calme. Il expliquait des variantes, afin de ne pas l’induire en échec. Je dirais même qu’il valorisait et mettait en avant les qualités et les efforts de la personne coachée. Cela m’a beaucoup plu, puisque je ne suis pas du tout sportive. De plus, j’ai entendu qu’il était recommandé de consommer des aliments gras tels que les oléagineux. J’avoue que cela commençait à m’intéresser de plus en plus. Enfin, j’ai été stupéfaite en découvrant le bilan avant/pendant/après de cette femme. Sa silhouette avait tellement changée ! À la fin de l’émission, il fallait que je retienne le nom de ce coach : Monsieur Erwann Menthéour.

Pourquoi avez-vous décidé de suivre le programme ?

Après avoir vu ce reportage, j’ai effectué quelques recherches. Je suis tombée sur plusieurs vidéos où Erwann Menthéour expliquait le fonctionnement du métabolisme de base, l’intérêt de la musculation, le principe de la monodiète, etc. Son discours était clair et accessible. À partir de ce moment-là, j’ai pris conscience que ce programme pouvait me convenir, parce que tout était bien expliqué.

Ce qui me semble important quand on suit un programme de perte de poids, c’est de comprendre l’intérêt de ce qui est mis en pratique. Sans compréhension, on ne peut pas adhérer, ni même suivre à long terme ce genre de programme. Dans les autres « régimes », les explications sont moindres. On vous donne des « menus », des idées phares, et ça s’arrête là. Chez Fitnext, tout est transparent, tout est clairement expliqué.

Voici un autre élément qui fut important dans ma prise de décision : le côté « coaching en ligne ». Des coachs en lignes sont disponibles par mail. C’est rassurant de savoir que nous ne sommes pas seuls face à nos doutes, ou durant nos moments difficiles. C’est tellement rassurant que je n’ai jamais posé de question aux coachs ! C’est un peu antithétique, mais le simple fait de savoir qu’ils étaient joignables suffisait à me rassurer. Les vidéos d’exercices de musculation sont très bien expliquées. En plus, le prix m’a semblé très raisonnable par rapport à d’autres méthodes.

Parlez-nous de vos résultats

Motivée par tout ceci, je me suis inscrite en optant pour le programme perte de poids avec la monodiète de pomme. En 3 jours (et après avoir mangé des pommes à volonté, sous toutes ses formes), j’ai perdu 2,5 kg. J’étais ravie. La deuxième fois que je me suis pesée, je n’ai pas perdu 1 gramme, mais je n’étais pas déçue puisque je savais qu’il fallait laisser le temps à mon corps de s’habituer, et de récupérer de ces 3 premiers jours de détox. Les premières sensations ont été : sentiment de légèreté, pas de ballonnements quotidiens, et pas de fatigue. La première semaine, j’ai suivi à la lettre les menus délivrés par le site.

La deuxième semaine, j’ai été invitée à un goûter familial. Au départ, je ne voulais pas m’y rendre par peur d’être frustrée et de me mettre en échec. Et puis j’ai repensé à ce que monsieur Menthéour avait dit :

« Ne vous privez pas des bons moments. »

Alors, je m’y suis rendue. J’ai profité d’un bon morceau de tarte sans culpabiliser. Résultat ? Au lieu d’en manger 3 ou 4 parts sous l’effet de culpabilité, je n’ai pris qu’une seule part et j’ai été ravie de profiter de ce bon moment. Bilan sur la balance ? Pas de reprise de poids. Au contraire, je continuais à en perdre tout doucement. Je pense que la psychologie est très importante lors d’une phase de détox, de perte de poids. Les paroles, les encouragements, la ligne de conduite et les principes de la méthode Fitnext aident en ceci : une pensée, une considération et une valorisation positive (j’apprécie les proverbes, les citations ou les encouragements que l’on retrouve sur le site et sur l’application). Psychologiquement, qu’est-ce que cela soulage ! Ce qui pèse sur le moral, pèse sur la balance.

Qu’est-ce que le sport vous a apporté ?

J’ai suivi les exercices de musculation et cardio proposés par le site : les vidéos de démonstration ont été très importantes et bénéfiques pour moi : je n’ai jamais été sportive. C’est une aide primordiale ! Les chronos mis à disposition également. Grâce à ces outils, on parvient à mieux se concentrer sur les exercices. Le bilan de ma première séance fut catastrophique. Moi qui pensais que mon activité professionnelle était quelque part sportive car tout le temps en mouvement, je me suis bien trompée. Je n’ai pas réussi à faire le nombre de squat proposé. J’étais essoufflée, rouge pivoine. J’avais mal. Je n’arrivais même pas à faire une seule fente (en tout cas j’arrivais à me baisser mais pas à remonter). J’ai terminé la session en me disant que j’étais mal partie.

Les 48 premières heures ont été horribles : je marchais difficilement, je ne pouvais plus monter les escaliers, ni même les descendre : mes muscles étaient figés. Un truc qui va peut-être vous faire rire (un peu gênant, mais drôle) : l’être humain ne peut pas s’imaginer à quel point il peut être difficile et douloureux de s’asseoir sur des toilettes ! Je crois que je m’en souviendrai toute ma vie ! À la fin de ces 48 heures, j’ai pris conscience qu’il n’était pas normal à mon âge, de ne pas savoir faire au moins une pompe, ou une fente. J’ai réalisé que mon corps était en mauvais état : du gras certes, mais surtout pas de muscle ! Et sans muscle : pas de défense, pas de ressource et pas de survie, puisqu’ils agissent et interviennent sur commande inconsciente : le cœur fonctionne sans que nous le commandions, le déploiement pulmonaire également. Je me suis dit :

« Où seras-tu dans 10,15,30 ans ? Et surtout, dans quel état ? »

Alors, j’ai continué les séances de sport à raison de 3 séances par semaine. J’ai eu un peu mal, mais les résultats sur la balance et dans le miroir ont soulagés mes douleurs : le premier cycle s’est fini sur une perte de poids de 9 kg en 42 jours. J’étais ravie ! Je voyais les résultats sur la balance et dans les vêtements, mais surtout dans le regard des autres :

« Ah ça vous va bien, vous êtes radieuse », « Vous avez bien maigri dis donc ! »

Qu’est-ce que cela fait du bien à entendre… Même avec de tels résultats, j’ai fait une petite pause de 15 jours dans le programme : période de Noël, j’ai donc suivi les principes en me faisant quelques plaisirs. Après les fêtes de fin d’année, j’ai repris le programme sérieusement.

Qu’avez-vous observé durant ces 15 jours de pause ?

Je n’ai pas observé de reprise de poids. Sans faire attention, j’avais adopté une autre façon de m’alimenter. De ce fait, mon poids était stable. Au début du programme, je pesais 73 kg. Mon objectif était une perte de 12 kg. Finalement, au bout de 5 mois, j’en ai perdu 15. J’ai donc dépassé mon objectif. Et un mois plus tard, avec le programme remise en forme, j’étais à -18kg. C’est énorme ! Bilan : J’ai perdu du gras, j’ai pris en muscle : mes bras sont toniques et j’ai gagné en force. Ma taille s’est redessinée. Des gens m’ont dit :

« Mais qu’est-ce que vous êtes fine ! »

Je suis passée d’un périmètre abdominal de 106 à 81 cm, alors oui, le changement est choquant ! J’avais une culotte de cheval. Aujourd’hui, mes cuisses se sont redessinées. Et surtout, j’ai découvert que j’avais des muscles ! Avant : je détestais le sport. Maintenant, quand je ne fais pas sport, je me sens frustrée et pas bien. Précision : je fais du sport chez moi. J’ai acheté des haltères (difficile de trouver une salle de sport ouverte tôt le matin ou tard le soir). Je n’avais jamais couru (sauf au collège comme tout le monde) mais j’ai découvert qu’il est possible prendre du plaisir à courir !

Quelles ont été vos impressions au niveau de l’alimentation ?

D’un point de vue alimentaire : j’ai (re)découvert des gouts que j’avais oublié. Les friandises données par les patients ont laissé place à des fruits juteux, sucrés et tellement meilleurs. Moi qui dévorais les friandises (kinder et autres), je me suis surprise à ne plus prendre de plaisir quand j’en goutais une. Je ne déjeunais jamais le matin : à 5H00 du matin, je n’avais pas faim et je commençais donc les friandises vers 8h, et c’était parti pour la journée. Aujourd’hui, je prends le temps de déjeuner (smoothies, petits déjeuners détox) et j’adore ça ! Je prends des collations, et je me régale.

J’ai découvert qu’il y avait d’autres aliments à part les pâtes et les pommes de terre. Je prends le temps de cuisiner et d’essayer d’autres choses : les recettes « vegan » par exemple. J’ai compris qu’on pouvait prendre des protéines sous d’autres formes que la viande. J’ai également compris qu’on pouvait prendre du plaisir et se régaler tout en ayant une alimentation équilibrée. C’est super important pour tenir dans la durée et ne pas se sentir frustrée ! Je fais partager ces recettes saines et bourrées de vitamines à ma fille afin qu’elle ne connaisse pas les mêmes problèmes de poids que moi. Je l’emmène marcher aussi souvent que possible et elle adore ça, elle me demande souvent de faire du sport. Elle fait les mêmes exercices que moi, et c’est touchant à son âge (elle essaye, elle n’a que 2 ans et demi !).

J’essaye d’autres choses : des aliments bio, de nouvelles recettes partagées entre les membres du forum Fitnext sur Facebook. Je fais mon pain moi-même. Fini les repas préparés, je fais tout moi-même ! Les excuses de « je n’ai pas le temps » sont terminées. Maintenant, je prends le temps. Mes priorités ont changées. Je pense que c’est aussi ça Fitnext : redéfinir ses priorités. Quelque part, le programme m’a fait prendre conscience que j’étais aussi importante que les autres, et qu’il fallait penser à soi pour pouvoir donner aux autres. Autre exemple : avant j’étais fan du McDo (1 à 2 fois par semaine). Aujourd’hui, cela fait environ 3 mois que je n’y ai pas mis les pieds : suite à un repas libre américain, j’ai été malade ! Je me suis sentie nauséeuse pendant 2 jours, et je n’ai pas mangé. Je me suis vraiment rendue compte que les fast-food étaient sources de cochonneries !

Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

C’est simple, je ne me suis jamais aussi bien sentie dans ma peau. Je suis passée de la taille 44/46 au 38/40. Je peux essayer des vêtements dans les magasins sans avoir l’angoisse de me dire :

« Tu vas être boudinée, ce n’est pas pour toi… »

Ma garde-robe s’est quelque peu étoffée depuis… Et c’est là où le programme coûte cher ! Je ne faisais pas de sport avec mes collègues sapeurs-pompiers, par peur de passer pour une fille qui ne savait pas en faire. Aujourd’hui, à chaque fois que je suis de garde, je fais sport avec eux, et je me suis donc mieux intégrée depuis. Je n’aurai jamais cru que le sport m’aurait permis de changer mon physique.

Il m’a également permis d’échanger, de m’ouvrir aux autres, de lier des amitiés, et de me redonner confiance en moi. Je m’étais fermée depuis quelques années. Maintenant, je me sens plus sûre de moi. Je ne suis pas parfaite et je ne réussis pas tous les exercices du premier coup. Je ne suis pas non plus une professionnelle de la musculation, mais j’ai gagné en endurance, en force et surtout en combativité. J’ai un moral et une volonté en acier. Quand Monsieur Menthéour disait que le sport permettait de sécréter les hormones du bien-être et du bonheur, il avait raison, mais je ne savais pas à quel point.

Quels sont vos astuces pour rester motivée ?

1. Le miroir : le changement est tellement flagrant. Les résultats sont tellement stupéfiants ! Quand je me regarde, je n’ai plus honte de mon corps. Au contraire, j’en suis fière. Je me souviens d’où je viens, et je sais où je vais.

2. Les efforts : j’ai tellement fait d’efforts physiques au début que ce serait triste de réduire tout ceci à néant. Cela aurait été comme perdre son temps, et je n’aime pas perdre mon temps.

3. Les plaisirs : que ce soit par les nouvelles saveurs que j’ai découvert et celles que je découvre encore, ou que ce soit par les repas libres. Je ne savais pas que les repas libres faisaient maigrir grâce à la stimulation d’hormones qu’il en découle. Le corps humain est fantastique. Les plaisirs du partage : les gens qui m’ont connu avant me demande comment j’ai fait : je partage donc mon expérience et leur donne mes petits trucs. Finalement, 4 personnes se sont inscrites sur Fitnext suite à mes conseils.

4. Le bien-être : je me sens tellement bien dans ma peau que cela me motive. Je suis plus sûre de moi, je suis plus extravertie et plus affirmée.

5. Les conseils Fitnext et les membres du forum Facebook Fitnext : La motivation de voir des gens réussir le programme. Les défis, l’admiration des gens qui font chaque jour des exercices, des sorties running. C’est une réelle communauté !

Votre prochain objectif ?

Mon prochain objectif est de continuer sur ma lancée. Auparavant, je ne courais jamais. J’admirais les gens assez motivés pour le faire. De mon côté, je ne pensais pas en être capable. Finalement, j’ai profité de mes congés d’été pour m’y mettre et pour la première fois, j’ai ressenti du plaisir à courir.

Mes jambes changent, deviennent galbées. Mon objectif est donc de continuer à ressentir du plaisir par le sport et dans le miroir. J’envisage également de continuer mes séances de fractionné, pour me préparer à une course de 10km avec une amie, qui, depuis, me suit dans entraînements running.

Un message d’encouragement pour ceux qui songent à démarrer le programme ?

Ne lâchez rien. Donnez le meilleur de vous-même et même le pire. Vous apprendrez de vos erreurs et de vos échecs. Ce qui compte, ce n’est pas de réussir à chaque coup. L’importance, c’est de donner le meilleur de vous-même et de prendre du plaisir. L’échec existe pour être surmonté !

Merci à toute l’équipe Fitnext, vous avez changé le cours de ma vie. Merci vraiment de m’avoir ouvert les yeux.

Le plus efficace des coachings commence ici

Choisissez votre objectif, suivez votre programme et obtenez des résultats.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer des services et une offre ainsi que des contenus publicitaires adaptés à vos centres d'intérêts, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales.